Des chiens et des humains

9,90 €
TTC

Comment expliquer la relation si particulière que les humains entretiennent avec les chiens ? Pourquoi trouve-t-on des chiens depuis les origines dans presque toutes les sociétés, tantôt considérés comme les êtres les plus vils, tantôt traités comme les amis les plus intimes ? D où viennent-ils ? Qu ont-ils dans la tête ? Pourquoi leur parlons-nous ?
(Format Poche)

Quantité

Où la bête n'est pas si bête. Comment expliquer la relation si particulière que les humains entretiennent avec les chiens ? Pourquoi trouve-t-on des chiens depuis les origines dans presque toutes les sociétés, tantôt considérés comme les êtres les plus vils, tantôt traités comme les amis les plus intimes ? D'où viennent-ils ? Qu'ont-ils dans la tête ? Pourquoi leur parlons-nous ?

À ces questions, la philosophie et les sciences ont longtemps donné une réponse catégorique, teintée d'une dédaigneuse indifférence : un gouffre séparerait radicalement la culture de la nature, l'homme et l'animal. Celui-ci serait semblable à une machine, presque une chose.

Notre relation avec les chiens s'expliquerait simplement par notre tendance irrépressible à projeter nos sentiments sur des êtres qui en sont dénués. Pourtant, les connaissances accumulées depuis quelques décennies en biologie et en sciences humaines font voler en éclat cette idée. Il ressort de ces recherches une image du chien surprenante, qui impose d'abandonner l'idée d'une frontière infranchissable entre l'homme et l'animal. Sous bien des aspects, le chien est plus proche de l'homme que ne l'est le chimpanzé. Au total, nous formons avec lui depuis les origines une véritable société, avec ses constantes, ses variations culturelles et son histoire.

L'AUTEUR Sociologue, anthropologue et historien des sciences, Dominique Guillo est chercheur au CNRS (GEMAS). Il travaille dans une perspective transdisciplinaire sur l'articulation de la biologie et des sciences sociales. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, qui portent sur le darwinisme, l'évolution biologique et culturelle et le rapport homme / animal. LES POINTS FORTS Pour ceux qui n'aiment pas les chiens : pour leur montrer que les chiens constituent une formidable fenêtre ouverte sur notre passé évolutif, sur notre place dans le règne vivant et sur certains pans enfouis de notre esprit et de notre sociabilité. Pour ceux qui les chérissent : pour leur révéler ce que l'on sait aujourd'hui sur l'esprit du chien et sur le lien qui nous rattache à lui.